Figure de type Plastiras

Figure de type Plastiras, attribuée au Maître Doumas

S’il reprend la structure tripartite dans ses statuettes, le Maître Doumas [1] opte pour
un style moins détaillé et moins intense, mais aussi plus naturaliste que celui du Maître
du Metropolitan Museum. À l’exception d’une figurine féminine d’une hauteur de
31,5 centimètres, les œuvres que l’on connaît de lui sont de dimensions modestes.

Hormis les attributs sexuels clairement indiqués, les figures masculines et féminines de ce
sculpteur ne révèlent guère de différences. De même que les idoles féminines, la présente
statuette ainsi qu’une autre figurine masculine analogue ont un ventre bombé qui suggère
la gestation.

Deux de ses figures mâles portent sur le ventre une série d’incisions
horizontales, caractéristique curieuse que l’on retrouve exclusivement sur les idoles
féminines du Cycladique ancien I (figures Plastiras, « en violon » et certains types hybrides). Ces sillons ont été interprétés comme des plis post-partum ou des bandages
symbolisant le rôle procréateur de la femme. Sur l’idole masculine Barbier-Mueller, on
discerne une marque horizontale superficielle au centre, juste au-dessous de l’endroit où
les « mains » se rejoignent. Cette ligne courte pourrait indiquer le début d’une de ces
séries de traits. Cinq incisions sont clairement visibles sur une autre figure masculine du
Maître Doumas, et quatre sur une de ses idoles féminines. Sur ses statuettes masculines,
cette caractéristique pourrait être interprétée comme symbolique d’une grossesse
sympathique, phénomène que l’on désigne sous le terme de « couvade ».

Parmi les statuettes Plastiras dont la partie inférieure du torse est conservée, onze d’entre
elles, soit 25 pour cent, représentent des figures masculines. Dans toute l’histoire de la
sculpture cycladique, c’est, de loin, la plus grande proportion d’idoles masculines
représentées dans une pose immobile. Outre l’exemple Barbier-Mueller, deux autres
figurations masculines ont été exécutées par le Maître Doumas, qui semble avoir été le
sculpteur le plus prolifique d’idoles du type Plastiras.

De toutes ses œuvres, cinq sont complètes, et seule celle-ci, qui est la plus petite, a été
réparée. Comme la majorité des réparations sur les idoles du type Plastiras et autres
figures apparentées, elle a été effectuée sur le haut de la jambe. Au dos de la figurine, on
peut observer, près de la perforation la plus élevée, le début d’un trou qui a été abandonné
en faveur d’une meilleure localisation à proximité, alignée sur la perforation de la jambe
pour permettre une fixation plus adéquate.

Les œuvres du Maître Doumas ont été découvertes dans deux cimetières à Paros, ainsi
que dans un autre à Naxos. Ce sont les seules figures du type Plastiras qui aient été
retrouvées dans leur contexte d’origine par des archéologues au cours de fouilles autorisées.

Publ. : Zimmermann 1993, p. 81 et 141 (n°21).

[1Au sujet du Maître Doumas, cf. Getz-Gentle 2001, p. 61-63, 151 (liste de contrôle mise à jour avec
bibliographie antérieure), pl. 53.