Pyxide en forme de hutte

Pyxide en forme de hutte, couvercle manquant

Cet ensemble complexe, exécuté avec soin, consiste en deux récipients tronconiques
sculptés sur une base en forme de 8 à bord saillant avec pieds, et joints sur le côté par des cloisons
parallèles ornées de cannelures profondes, créant une troisième cavité plus petite. Les
pyxides elles-mêmes richement décorées d’un motif à chevrons renvoient à la poterie du
Cycladique ancien I. Les pieds striés horizontalement, dont chaque paire est reliée au
revers de la base par des contrefiches en relief, ont été introduits au Cycladique ancien II,
et apparaissent sur d’autres récipients complexes.

L’exemplaire Barbier-Mueller est orné sur toute la surface de motifs rectilignes. On
suppose que son couvercle manquant l’était aussi. Quelques récipients apparentés
ont été exécutés en marbre, mais ils ont été décorés de simples sillons circulaires
parallèles. Avec sa structure cristalline cassante, le marbre ne convenait guère à la
sculpture de motifs – tout au moins avec un outillage ancien, et sans l’aide de gabarits
nécessaires pour commencer les stries. À l’inverse, le schiste chlorité, de couleur
grise ou vert noirâtre, est une pierre compacte tendre, dans laquelle on pouvait
aisément inciser des motifs curvilignes.

J’ai tendance à croire que les premiers
récipients exécutés en chlorite ont été ornés de dessins rectilignes, alors que les
récipients plus élaborés, avec des entrelacs de spirales habilement exécutés, sont
apparus un peu plus tard. J’aime aussi l’idée que bon nombre de ces récipients, et
tous les plus beaux exemplaires, y compris la pièce Barbier-Mueller, sont de la main
d’un sculpteur très talentueux, patient, dynamique et méticuleux.

La provenance signalée de la double pyxide – Keros – est probablement correcte, et
j’imagine qu’elle a été exécutée à Naxos. Une simple pyxide reposant sur le même genre
de base allongée, avec un couvercle ressemblant très probablement au modèle manquant
sur la double pyxide, a été mise au jour à Naxos. Un couvercle de forme similaire, avec
quelques menus vestiges du corps d’une pyxide analogue, a également été découvert lors
de fouilles à Naxos. Sur le site énigmatique de Keros (mentionné dans l’introduction),
quelques fragments d’un ou de plusieurs récipients en chlorite ont été trouvés par des
archéologues, et un fragment de ce genre de pièce a été offert au Louvre par le même antiquaire qui a fourni la double pyxide Barbier-Mueller. Le site proposé pour le fragment
du Louvre était également Keros [1].

Publ. : Zimmermann 1993, p. 61 et 138 (n°13).

[1Au sujet des récipients en schiste chlorité, cf. Getz-Gentle 1996, p.185, 190-204. Au sujet de Keros et
des objets censés avoir été découverts en ces lieux, cf. Getz-Gentle, AJA, III, n° 2, 2008.