Lampe

Lampe

Cette lampe était faite pour être suspendue (bien que pourvue de trois pieds), comme en
témoigne le petit anneau placé sur le crâne du personnage perché tout en haut de la tige
centrale tressée (fonte à la « cire perdue » évidente). Cette tige se prolonge par deux arcs
de cercle, sur lesquels sont perchés deux oiseaux à la queue étalée (paons ?), qui viennent
rejoindre le réceptacle proprement dit. À la jonction des deux demi-cercles et de la coupe
creuse, le bord de celle-ci, décoré, est orné de deux animaux regardant vers l’intérieur,
hérissons ou rongeurs non identifiables.

Au faîte, le petit homme aux cheveux crépus n’est pas d’origine chinoise, mais bien
dôngsonienne.

Ce type de lampe suspendue était très répandu au nord du Vietnam dès le Ier siècle avant
J.-C. Les fouilles de O. Janse dans la province de Thanh Hoa en ont exhumé un
certain nombre en bronze et même en fer. Elles sont surtout décorées d’hommes et
d’oiseaux. La présence de hérissons, ou de rongeurs, comme ici, est rare.

Un objet assez semblable (sans personnage faîtier), datant de la période Jin (plus tardive :
317-420 après J.-C.), a été découvert dans le nord du Guangdong ; il est conservé au
Lechang County Museum [1].

Publ. : Cat. exp. Paris 2003, pl. 20 ; Viêt 2008, pl. 27, p. 92.

Édité par Laurence Mattet

[1voir sa reproduction dans cat. exp. Paris 2003, p. 60