Boucle de ceinture

Boucle de ceinture

Les deux plaques en miroir qui constituent cette boucle de ceinture représentent un
ongulé fabuleux, doté d’un bec de rapace. Ses bois et sa queue se terminent également
par des têtes de rapace. Un ongulé fantastique similaire orne une coiffure en or
découverte à Nalin’gaotu, comté de Shenmu, au nord de la province de Shaanxi [1].

Cette iconographie a été associée aux Rouzhi, cavaliers nomades apparus au nord-ouest de
la Chine à la fin du IVe siècle avant J.-C [2]. Au IIe siècle avant notre ère, les Rouzhi avaient été
battus par les Hsiong-nou, qui les avaient absorbés dans leur vaste empire steppique. Vers
160 avant J.-C., des vestiges des Rouzhi ont fini par revenir à l’ouest vers leur terre natale, où
ils ont été identifiés comme Kushans et associés au cimetière de Tillyatepe en Afghanistan [3].

La présente plaque est une version simplifiée de la scène représentée sur la célèbre
plaque en or qui a été découverte à Verkhneudinsk (aujourd’hui Ulan Ude), près du lac
Baïkal, et qui se trouve à présent dans le trésor sibérien de Pierre le Grand [4].

Une plaque
unique en bronze, pratiquement identique au modèle de la collection Barbier-Mueller, a
été récupérée dans une sépulture hsiong-nou profanée, datant du IIe siècle avant J.-C.,
et située à Xichagou, comté de Xifeng, au nord de la province de Liaoning. Il s’agit
probablement d’un trophée ayant appartenu jadis aux Rouzhi vaincus [5].

Publ. : Bunker 2006, fig. 29a et b, p. 112 et 113.

[1Bunker et al. 2002, p. 27, fig. 36.

[2Bunker 1992a, passim.

[3Sarianidi 1985, passim.

[4Aruz 2000, p. 287-289, n°210.

[5Sun 1960, p. 33, fig. 5.