Portrait de Démosthène

Portrait de Démosthène

Le caractère fragmentaire de ce document ne parvient pas à en diminuer l’expression. Il
reste assez de ce visage pour entrer en dialogue avec un personnage dont le regard
méditatif semble interroger le destin. La coiffure sobre assemble des mouvements de
mèches qui forment une frange, au sommet d’un large front raviné de plusieurs rides.

Cet
air soucieux est confirmé par les cernes et par le modelé hâve des joues. Au centre de
cette composition où domine l’impression de peine ou d’épreuve, les yeux sans illusion,
sous des paupières lourdes, traduisent bien la conviction qu’éprouve l’homme que le pire
est encore à venir, comme si ce personnage dont le portrait a été sculpté, sans doute en
Syrie, à la fin de la période des empereurs Sévères, anticipait toutes les violences dont
l’histoire de Rome allait être traversée.

Publ. : K. Morgenthaler, in Jucker et Willers 1982, p. 40 ; Zimmermann 1991, p. 138-139.