Portrait de matrone

Portrait de matrone

Cette femme d’âge mûr est d’un rang social élevé, comme en témoigne l’assurance, voire
un certain dédain, dont son expression est teintée. Le visage ferme de cette grande dame,
menacé par les flétrissures de l’âge, se découvre sous un édifice capillaire dont
l’agencement est très élaboré : plusieurs étages de mèches associées en de grands
mouvements qui se superposent au-dessus du front et culminent dans un élément
terminal en anse de panier. Le sculpteur a su noter les marques du temps, les rides, un
certain embonpoint, sans faire perdre de sa hauteur à cette face fière de son opulence.

Publ. : Barbier 2000, p. 191 ; Zimmermann 1991, p. 150-151.