Statue de chatte

Statue de chatte

Cette charmante statue nous offre l’image de la déesse Bastet, forme apaisée de la
redoutable lionne Sekhmet. Adorée à Bubastis, dans le Delta, cette divinité était célébrée à
l’occasion de fêtes bachiques, dont Hérodote nous a conservé les échos (II, 59-60).

À Basse Époque, les pèlerins déposaient des ex-voto, en bronze, par centaines dans ses
temples de Tell Basta et de Sakkara. Toutefois, parmi la profusion des exemplaires connus,
une seule statuette, conservée au musée du Louvre (inv. N.3933), est bien datée par une
inscription gravée sur le socle mentionnant le nom du roi Psammétique Ier, fondateur de la
XXVIe dynastie (664-610 avant J.-C.).

Ici, la chatte est représentée sur le vif, dans une
pose méditative, habituelle à l’espèce. Plusieurs particularités apparaissent sur ces
statues : certaines portent l’indication d’un collier ; d’autres ont des anneaux d’or aux
oreilles. L’exemplaire présenté ici devait initialement porter une paire de boucles d’oreilles,
comme le suggèrent les trous forés à la base des oreilles. D’autres encore montrent l’image
d’un scarabée gravé sur le front du félin [1].

Publ. : Zimmermann 1991, p. 102-103.

[1Bibliographie : Cat. exp. Bâle et Genève 1997-1998, p. 274-277.